Positiméride

Ce projet d’un an démarre le 1er mai 2020. Il reprend l’idée des cycles annuels déjà expérimentée avec le lipoméride, le zodianku, le Sankulipo et le Pataméride.  Il se base sur le calendrier positiviste d’Auguste Comte, consultable sur cette page. Chaque jour, sur ce site et sur twitter, paraît un texte suivant la contrainte de la « primitive » : Il s’agit d’écrire autant de syllabes que le nom honoré comporte de lettres, chaque syllabe devant contenir la lettre correspondante.
Ainsi, sur « Oulipo » (qui n’est pas dans la liste) on aurait pu écrire
MMMMMOh qu‘en l‘écrit peinons !
Si un nom est jugé trop court, on peut envisager de le répéter pour former un texte plus long. Ainsi, toujours sur « Oulipo » :
MMMMMPour un plaisir profond,
MMMMMOh qu’en l’écrit peinons !
MMMMML’on hurlerait parfois.
On peut consulter le calendrier positiviste au lien que voici. Notez que cette année 2020 étant bissextile, les jours où deux noms figurent nous utiliserons jusqu’en décembre celui inscrit en italiques.

On trouvera ici les haïkus quotidiens mois par mois : César

Voici les livraisons du mois en cours :

20 mai – 1er Saint-Paul – Jacques

je n’ai croqué qu’un gressin
joyau craquant du repas

( Annie Hupé )

21 mai – 2 Saint-Paul – Cyprien

croyez pas, rousse irénique
car s’y prendre active nos
clins d’yeux, parole indécente

( Annie Hupé )

22 mai – 3 Saint-Paul – Athanase

La torche au bras nous passons fiers
Par tous hameaux narrant ces temps
Quand tranchant l’annel à nos pieds
Partions hors la nuit asservie

23 mai – 4 Saint-Paul – Jérôme

Jeux et ris sont plombés
Juge rudoie mouflets
Joie est rare ô malheur
Jambe raide homme meurt

24 mai – 5 Saint-Paul – Ambroise

La mer boira nos vains secrets.

25 mai – 6 Saint-Paul – Monique

Mitonnant liqueurs sucrées
J’empoisonnai quelque beauf
Me saoulant d’inquiète humeur

26 mai – 7 Saint-Paul – Augustin

Sans rougir fuis triste maison
Car au gré du sang vient raison
Quand surgit gueuse trahison

27 mai – 8 Saint-Paul – Constantin

Corolle en sustentation terminant ce long brin, pistil, jaune étamine.
Coupe offrant les tentations terriennes.
Ce soir un sphinx boit au nectar divin.

28 mai – 9 Saint-Paul – Théodose

Ta harpe ce soir, damoiselle,
Touche le cœur de ton seigneur
Et chasse son dragon secret

29 mai – 10 Saint-Paul – Basile

Bleu faisan filait fier,
Battait son aile au vent.
Beau chasseur vit l’oiseau.
Bang bang ! Son tir logea.
Banal. Sang peint le ciel.

30 mai – 11 Saint-Paul – Martien

Mon pas retentit, géant.
Marchant rattrapais le vent.
Mais m’arrêtai incertain :
Mon amour peut-il mentir ?

31 mai – 12 Saint-Paul – Geneviève de Paris

Gens
Des sentiers
Voici le vrai temps
Du départ sans terminus.

1er juin – 13 Saint-Paul – Grégoire le Grand

Grandeur et sang font miroiter l’oeil des glorieux marchandeurs

2 juin – 14 Saint-Paul – Hildebrand

Chafouin l’édile au banquier marron dit
Cher bailleur donne bel or valant dot
Habile décret barrera ton dol
Oh vin plein de miel boirons à nous deux

3 juin – 15 Saint-Paul – Antoine

L’eau monta. L’ondin nagea.
L’amante rougit songeant
Au sonnet trop bien chanté.

4 juin – 16 Saint-Paul – Austin

Par un soir trop aimant,
S’amusant et sifflant,
La rousse, trottinant,
Vague, sentit d’instinct
D’abrupt gus tapi, bond.
Pan ! D’un schlass terminal
La creuse, et tout finit.

 

Contributions :

Si vous souhaitez vous charger du Positiméride un certain jour, je serai très heureux de vous confier la plume. Prévenez-moi dès que vous le pouvez afin que je vous réserve le jour choisi. Je suis joignable sur twitter @noel_talipo ou à travers la page contact sur ce site. Vous pourrez m’envoyer votre texte jusqu’à la veille de sa parution.

 

Variantes :

Tous les amis, Oulipotes ou Twittérateurs, qui le souhaitent sont invités à me proposer, en plus du texte du jour, leurs variantes, accueillies avec joie.

Dernières variantes reçues :

2 mai – 11 César – Ptolémée Lagus

Bernard Maréchal :

Partout on la remmène,
Hélas, la galeuse !

3 mai – 12 César – Philopoemen

Bernard Maréchal :

Pécheurs voilés,
on part,
pour demeurer sains.

4 mai – 13 César – Polybe

Bernard Maréchal :

Pangolins hybrides ?
Pas bon le symbole !

et

Pâlots, les boys ? Bordel !
Patrouillez-y ! Buvez !
Pour trois zlotys, baisez !
Pas vous, les psys benêts !
Papouilliez yeux baissés ?
Pantouflards, beys baveux,
Patrons, lobbys, banquiers
Picoleurs s’y berçaient ?
Profond, le Styx, bon dieu !
Hop ! On les y balaie.

5 mai – 14 César – Alexandre

Bernard Maréchal :

À Claude, beaux agendas fervents :
dans l’âge doux, sans prendre trop cher,
dans le relax, attends donc rêveur.
Alors mes vœux t’auront déridé !

(pour l’anniversaire d’un Claude)

6 mai – 15 César – Junius Brutus

Bernard Maréchal :

Je veux un discours sobre sur un ton puissant.

9 mai – 18 César – Annibal

Bernard Maréchal :

Sans ennemis, bétail lent.

Noël Bernard-Talipo :

Chassant l’ennui brisai l’or.
Lançant mon cri bandai l’art.

10 mai – 19 César – Paul-Emile

Bernard Maréchal :

Partageux ? Les premiers bâillonnés !

Noël Bernard-Talipo :

Par amour il est mort, silencieux,
Passant sur lui ce maudit linceul,
Prêt à couler, en mer dilué.

11 mai – 20 César – Les Gracques

Noël Bernard-Talipo :

Lente songerie à ce quai
Où je sens le vent s’engouffrer à chaque assaut d’embruns
Long et sourd glas rongeant ce que j’eus d’espoirs

13 mai – 22 César – Mécène

Bernard Maréchal :

Magie ! Car ce printemps,
Mai décoiffe nos chefs :
Mèches courtes, longues,
Mille cheveux gonflent.
Mille coiffeurs chantent,
Mais les chauves bronzent !

15 mai – 24 César – Nerva

Bernard Maréchal :

Nous, les revenants,
Bons êtres vivants,
On peut rêver aux
Nappes pour vin blanc
Sans crever vegan :
Viande, grives, champ’.
Vingt degrés, voilà
Un deal ravissant.
Dans ce rêve-là,
Bon retour : vingt ans !

18 mai – 27 César – Aétius

Bernard Maréchal :

Cache ton virus puis
Arrête-toi ! Tousse !

Noël Bernard-Talipo :

À l’enfant qui musait
L’ancêtre dit puissant
Aime et tel l’oiseau vis

19 mai – 28 César – Trajan

Bernard Maréchal :

positiméride-bernard-marechal-19-05-20

et

Stupre ? Ganja ? Crack ? Schnouf ?
Tendres trajets planants…

Noël Bernard-Talipo :

Torpeur cajole Apnée.
Tout branlait, je stagnais.
Toujours à Jamais nuit.

20 mai – 1er Saint-Paul – Jacques

Bernard Maréchal :

Je sais ce que veut Vénus :
Je vais croquer tous ses seins !
Jamais coquin ou pervers,
Je fais ce que veut Éros…

Noël Bernard-Talipo :

J’avais conquis un désert
J’avançais quand d’un vent frais
J’eus la clé qui ouvre azurs

21 mai – 2 Saint-Paul – Cyprien

Bernard Maréchal :

Cent yens pour trois livres, non !

Annie Hupé :

RER A

Cergy-Paris… Blaise n’y
croyait pas ! Forte idée neuve
choyée puis proscrite – Bien !
Cours-y, pitre, loin de nous
cours-y, parolier d’enfance.
Crayon, papier, lignes… Lien.

Noël Bernard-Talipo :

Choit cyprès racine nue
Comme y pleure siffle et geint
Ce typhon surgi des nuits

22 mai – 3 Saint-Paul – Athanase

Bernard Maréchal :

Dans tout humain vient la stupeur
Quand tout choit dans un grand sommeil.
Rattachons la nuit au soleil !

23 mai – 4 Saint-Paul – Jérôme

Bernard Maréchal :

Jeu des rois, tous menteurs,
Jeunes très prometteurs :
Jureront, promis, leur
Job sera programmé.
« Je peindrai vos mirages,
juste pour vous mater ;
Je serai vos Marcheurs,
Je serai vos Messies ! »

24 mai – 5 Saint-Paul – Ambroise

Bernard Maréchal :

Jamais boirez bon vin dans eau.

27 mai – 8 Saint-Paul – Constantin

Bernard Maréchal :

Tchador noir, c’est trop chaud, mon taliban !
Chipons donc des tergals cintrés Vuitton !

et

Tchador noir, c’est trop chaud, mon taliban !
Courons en slip, et allons tapiner !

28 mai – 9 Saint-Paul – Théodose

Bernard Maréchal :

Tu hais le noir dont on se vêt,
Et chasses tous démons secrets.
Tachant le soir désormais bleu,
Tes hardes sont de rouges feux.

30 mai – 11 Saint-Paul – Martien

Dominique Hasselmann :

L’air suspendu
Le vol élargi
L’oiseau s’immisce
La plume grince
Le pâté d’alouette attend

(sans connaître la règle)

Bernard Maréchal :

Matador, très fier chrétien,
Matait, craintif, incertain,
Maint taureau trop bienvenu.
Maint taureau, taquin et nu,
Mâchant, routinier, le foin,
Mourrait pourtant dignement.

31 mai – 12 Saint-Paul – Geneviève de Paris

Bernard Maréchal :

Graver dans le vif,
Saigner,
Vivre de ses plaies,
Avoir vingt ans

1er juin – 13 Saint-Paul – Grégoire le Grand

Bernard Maréchal :

Gourous et grigous : ils renient le ciel, gras croyants sans dieu !

2 juin – 14 Saint-Paul – Hildebrand

Bernard Maréchal :

Hormis la dinde, bannir la viande.

3 juin – 15 Saint-Paul – Antoine

Bernard Maréchal :

À notre tour crions-le :
Quand nous tombons, rions-en.
Avant tout, on doit chanter !