Positiméride

Ce projet d’un an démarre le 1er mai 2020. Il reprend l’idée des cycles annuels déjà expérimentée avec le lipoméride, le zodianku, le Sankulipo et le Pataméride.  Il se base sur le calendrier positiviste d’Auguste Comte, consultable sur cette page. Chaque jour, sur ce site et sur twitter, paraît un texte suivant la contrainte de la « primitive » : Il s’agit d’écrire autant de syllabes que le nom honoré comporte de lettres, chaque syllabe devant contenir la lettre correspondante.
Ainsi, sur « Oulipo » (qui n’est pas dans la liste) on aurait pu écrire
MMMMMOh qu‘en l‘écrit peinons !
Si un nom est jugé trop court, on peut envisager de le répéter pour former un texte plus long. Ainsi, toujours sur « Oulipo » :
MMMMMPour un plaisir profond,
MMMMMOh qu’en l’écrit peinons !
MMMMML’on hurlerait parfois.
On peut consulter le calendrier positiviste au lien que voici. Notez que cette année 2020 étant bissextile, les jours où deux noms figurent nous utiliserons jusqu’en décembre celui inscrit en italiques.

On trouvera ici les haïkus quotidiens mois par mois : César, Saint-Paul, Charlemagne

Voici les livraisons du mois en cours :

15 juillet – 1er Dante – Les Troubadours

Le ressac tout près,
longue ballade pour un cœur seul,
pulse mes terreurs
comme un battant de cloche au lourd glas.

16 juillet – 2 Dante – Chaucer

Cils charmants sur cet œil noir,
Cachez par un clin léger
Ce haut amour scélérat
Cherchant la source où rêver.

17 juillet – 3 Dante – Swift

Son swing vif tient les cow-girls flottant sans sweat l’air fervent.

18 juillet – 4 Dante – Cervantes

Comme un rail va la nuit dont je meurs.

19 juillet – 5 Dante – Robert Burns

Dors ombre déserte au bord du torrent sourd
Charroi bleu d’eaux roulant brusque serpent tors
L’air lourd brûle et mord ta brisure offensée

20 juillet – 6 Dante – Goldsmith

Gardons le désir mûr, intact, chaud !

21 juillet – 7 Dante – Arioste

La peur naît sous les toits quiets
Au bruit d’ignobles textes
Qu’a ourdis prosateur wesh
Quand par haine osa troller.

22 juillet – 8 Dante – Le Titien

Lentement s’instillait, geignant, la peur d’être interdits de chant, langue atrophiée et voix ternie. Le néant introduit en nous lacérait, brisant rire et sons.
La verte nuit tombait, reine à l’ailette mitée, ivre et nue. Il se tendit, terrible écran lourd, veule, et triste, un rideau noir.

23 juillet – 9 Dante – Paul Véronèse

Apparut la vierge, grisonnante et sale.

24 juillet – 10 Dante – Rembrandt

Morne, tombe un brouillard, m’endormant.

25 juillet – 11 Dante – Lesueur

Elle osa scruter du bourg le dessein pour elle ouvert.
Elle sut qui, quelle heure. Et elle s’en fut en courant.

26 juillet – 12 Dante – Murillo

Maure au rythme ailé, fol ton tambourin, vrillant l’écho, marque un tournis d’illusion.

27 juillet – 13 Dante – Rubens

Erreur ! Belle encensée !

28 juillet – 14 Dante – Raphaël

Râle alpha héla. Perla harle à pré. Harpe appela.

(beau présent)

29 juillet – 15 Dante – Joinville

Je connais un vieux.
Il bâille déjà sous l’if.
En voit-il les larmes ?

(haïku)

30 juillet – 16 Dante – Spencer

S’éprennent, penchent, serrent,
Se perdent en ces lèvres.
Espèrent sens célère.

(monovocalisme)

31 juillet – 17 Dante – Les Romancistes espagnols

Le vent saura comment annoncer, incessant messager, l’espoir baignant nos doux vallons.
Là, ce soir, rit l’homme sans nom chérissant cette osseuse épouse, à genoux, sous l’osier.

1er août – 18 Dante – Chateaubriand

Chut ! L’hématome – marque bleue – resiste. À nous deux !

( Annie Hupé )

2 août – 19 Dante – Fenimore Cooper

fin de nuit
cime encor grisée
chaque ombre oppose au jour fluet
son biais implorant penchant son dos plié pour fuir

le vent froid
rampe horrible chant
noir couplet et refrain de sang

il mène où
tremble cerf ou loup

temps de bran

( Bigollo )

3 août – 20 Dante – Manzoni

Mort aux nazis, nom inique,
mantra. N’osez non ni oui.

( Annie Hupé )

4 août – 21 Dante – Tasse

Toute à son silence
Piotr l’assassine et
Triche à son sujet.

( Annie Hupé )

5 août – 22 Dante – Bunyan

Belle eau noya ma nuit.

6 août – 23 Dante – Louis de Grenade

Il sort, rougissant de s’égarer devant sa Dame.

7 août – 24 Dante – Madame de Staël

Mourant d’un amour perdu je reste pantelant
Mais garde dans mon coeur d’ivres instants d’au-delà

8 août – 25 Dante – François de Sales

Qu’offrir à un chansonnier pris de détresse à l’âge gris ?

9 août – 26 Dante – Gesner

Garde sur ton revers,
Gueux des bas fonds, ce brin
Gagné des mains d’Esther,
Gage des nouveaux droits
Gravés sur ton sentier.

10 août – 27 Dante – Élisa Mercoeur et Shelley

Dès la fin des amours se perche l’homme en pleurs sur cette souche où hier brillaient ses yeux.
Et là laissant amer le bercer l’orde fureur, gueulant sa haine, raille le yin.

11 août – 28 Dante – Milton

Mutilerait son chien
Mais il lit tout Giono
Romprait fillette ou trans
Mais dit Voltaire orant
Mitraillerait boys noirs
Mais fait culte à Proudhon

12 août – 1er Gutenberg – Chardin

Cherchant l’azur devins nuit.

 

Contributions :

Si vous souhaitez vous charger du Positiméride un certain jour, je serai très heureux de vous confier la plume. Prévenez-moi dès que vous le pouvez afin que je vous réserve le jour choisi. Je suis joignable sur twitter @noel_talipo ou à travers la page contact sur ce site. Vous pourrez m’envoyer votre texte jusqu’à la veille de sa parution.

 

Variantes :

Tous les amis, Oulipotes ou Twittérateurs, qui le souhaitent sont invités à me proposer, en plus du texte du jour, leurs variantes, accueillies avec joie. Ces variantes sont à retrouver sur la page dédiée.

Dernières variantes :

3 août – 20 Dante – Manzoni

Noël Bernard-Talipo :

positimeride-3-aout

4 août – 21 Dante – Tasse

Noël Bernard-Talipo :

Vint passant les mers
Ce chasseur si beau
Vint t’assassiner
Toi la gosse aimée

8 août – 25 Dante – François de Sales

Bernard Maréchal :

Frère mal fiancé,
Cousines déçues
Soignant leurs regrets,
Flairant la noirceur,
Bouffaient les dragées,
Puis bâillaient, blessées.