Bienvenue sur le site talipo

Dernier haïku dans Hydrea:
C’est l’hiver la neige
Sur ce corps que le sang baigne
Pose page blanche

Le Zodianku : Variante du renku ; strophe lipogrammatique quotidienne. Les explications et les premiers textes réalisés sont sur la page du zodianku.
Trente-quatrième texte
: du 31 mars au 9 avril – Signe : Bélier ; planète : Soleil
Etat au 31 mars :

Il s’est retiré
En ces friches de silence
Cimes endormies

 

15 mars : Heureux et fier d’avoir été invité à participer à La Ronde, un échange de poèmes sur internet, j’accueille Hélène Verdier, dans le cadre d’une ronde sur le thème « Le jeu » :

verdier2image-verdier-rondeOuvrir la page du poème.

Ma propre contribution est chez Dominique Autrou.

 

8 mars : A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, un isonnetwoosh :

femme-isonnetwoosh

Ouvrir la page du poème.

2 mars : Il y a trois jours un homme est mort sur un pont à Moscou pour ses convictions. Il se nommait Boris Nemtsov. Aujourd’hui, j’entreprends de porter sur mon site les poèmes de bienvenue  adressés aux nouveaux abonnés à mon compte twitter. Je ne sais pourquoi j’ai trouvé une résonance entre le poème d’aujourd’hui et l’actualité.

Le sang a recouvert de sa neige figée
Les coupoles de gloire où s’éteint l’apogée
Pour libérer le rêve entamons la plongée

 

Dernier texte dans le recueil Oripeaux (29 mars) :

Essai d’une contrainte combinant homoconsonantisme et homovocalisme :

La désillusion du missionnaire

La passion m’a poussé chez les hôtes sauvages :
Laids pans, cimiers, peaux sans châles. A tous vin, jus.
Ah n’avions pas douté d’aimer folle vorace…
Et n’en vis pieds dotant dame : fla ! (vous, reins, sus).

Ouvrir la page du poème.

Journal

19 février : Nouvel an chinois. Un petit monovocalisme :

rebelles entêtées
chèvres sveltes et lestes
errent en l’herbe verte
et de bêlements tendres
mes rêves s’entremêlent

15 février : Bon anniversaire à Gilles Esposito-Farèse. Voici un petit jeu de la vie dont la source n’est autre que l’intéressé :

L’homme peut toucher l’Eden
D’un vers ébauchant le ciel
Par le mélange inventif
De métier et d’impressions

Retrouver ce texte parmi les poteries

7 janvier : Après l’attentat contre Charlie Hebdo :

Je pleure douze personnes qui avaient mis leur vie au service d’un bel idéal.
Je pleure avec tous les Français,  touchés profondément par l’horreur de cet attentat.
Je pleure avec tous les artistes car notre communauté est atteinte dans son expression et c’est très grave.
Je pleure avec tous les musulmans car leur Dieu et leur Prophète ont eu la face maculée d’un sang hideux par trois faux croyants.

En l’honneur des victimes de cet attentat, une belle absente déposée dans le recueil «Le prix de la vie» :

Charlie Hebdo : le suis-je assez ?

Ris moqueur, plongeon frais, dit juste vous habitent,
Vous qui giflez toujours nos crânes pleins de plomb.
Vos croquis grincent dur, plumes jouent fol houblon.
Quel dieu sanglant, jabot flambant, chope si vite
Vifs compagnons que meut beau jeu d’un humoriste
Prosant valse de chaque jambage gonflant
Quand sort à jour profit crochu, gambit volant ?

Jamais griffe que plante un doigt brut ne vainc, triste,
Qui s’affranchit du joug pour abolir mot vil,
Et grave dans le roc qu’homme au juste profil,
Par grave et libre jeu, charme nos nuques fières.
Dramatique janvier brûle, et feu change  pierres.

Ouvrir la page du poème.

 

Suivez ce lien pour retrouver les dates plus anciennes dans la page «journal».